IMG_3121.JPGComme tous, il savait que sa crédibilité dépendait de sa capacité à afficher une personnalisé-écran convaincante. Un hologramme rapide, efficace et tout ce qu’il n’était pas.
Accomplissant la quotidienne prouesse de détourner l’attention des autres sur tout ce qui jaunit; les dents par la caféine, les ongles par le tabac et le blanc de l’oeil par un foie malade. Il s’inspecta minutieusement; l’état de la manucure “naked” infligée par sa jeune sœur, réparant avec les moyens du bord; le collyre pour les yeux et le dentifrice bleu pour dents jaunes; lequel défiait toutes les lois chromatiques s’accordant logiquement pour un résultat vert, la pensée ensuite tournée vers tout ce qui se faisait aujourd’hui blanchir.
Arrêtant son énumération à l’anus – Daniel n’était pas parti bien loin – il songea que le phénomène blancheur n’avait finalement que peu à voir avec l’hygiène.
On blanchissait pour s’innocenter. Pour se récurer l’âme.
Atteindre un trip éthéré dans lequel l’être a dépassé les contraintes terrestres de l’entretien de soi-même, immaculé par sa seule perception.
“ On vend l’illumination avec la crasse.” Énonça-il à haute voix comme une putain d’épiphanie.

Il jeta un ultime regard espiègle au miroir mais le reflet traître montrait des épaules basses, des yeux cernés et un torse soumis à l’outrage du temps.
Il voulu frapper mais le fit vainement et la surface réfléchissante se contenta de frémir sous l’impact de son poing.
Daniel étouffa un grognement, il passa sous l’eau ses phalanges endolories et songea à l’inclination de l’humanité à tomber.

Cette défaite évidente l’empêchait de franchir la porte des chiottes. Si il s’était très souvent retrouvé dans des situations qui le dépassaient complètement, l’expérience n’eut jamais le bon goût de lui fournir l’ombre d’une solution.
Daniel fit le constat qu’il s’était manifestement pété la main, cassé un ou plusieurs doigts. Avec horreur, il regarda impuissant le sang s’accumuler sous sa peau dans ses belles teintes rouges noires et bleues.

Le choc passé offrit une trêve à l’intériorisation du mal, car des larmes perlaient douloureusement aux coins de ses yeux.
Il inspira profondément et expira bruyamment par la bouche jusqu’à ravaler des sanglots dépités.
Contre le règlement, il alluma une clope, inspirant profondément la fumée et l’expirant bruyamment par le nez.
À travers la porte en aggloméré, il percevait distinctement l’écho des pas désespérés, les cris de terreur et les rires mauvais. Plus loin, une voix féminine exhortait l’assistance à garder son calme.
Il n’avait plus le temps pour se brosser à nouveau les dents.
Daniel rassembla fébrilement ses effets dans une large trousse en plastique jaune. Ajustant son bonnet et ses lunettes, il enfonça le mégot dans le fond du lavabo dont il rouvrit le robinet, brassa frénétiquement l’air en expédient d’aération et s’extirpa à total contre-coeur du vestiaire.
En apercevant Sarge et son pote Frank devisant sans prêter attention au chaos ambiant dont ils constituaient le centre et qu’enflaient les cris des gamins, la panique rattrapa Daniel qui imprimait déjà à son corps un fameux demi-tour. Franchissant à nouveau le vestiaire, il s’affala contre la porte des toilettes.
Sans tarder, le poing de Sarge s’écrasait contre l’huis faisant résonner l’aggloméré contre le chambranle de PVC:
“ – Dan ! “ hurlait son collègue dont l’ancienneté proportionnelle au volume sonore intimait une réponse immédiate.
“ – J’arrive dans une seconde, Serge.
– Mon nom, c’est SARGE.
– Sarge, pardon
– C’est sergent t’as pigé ?
– Oui, Sergent.
– Non, SARGE ! Tu le fais exprès ? “ tonna-t-il.

 » – Je te rappelle que ta mission s’exécute pas aux chiottes. Je te rappelle que la formation, c’était pas “CHIALER DANS UN VESTIAIRE”. Pigé?
– Hyper pigé.
– On t’attend avant de commencer”
asséna Sarge qui poussait déjà le battant, inspirant profondément par le nez et expirant bruyamment dans un sifflet, mettant fin au capharnaüm.
Sarge? D’où sortait-il ce surnom d’abruti ? Sarge avait les dents blanches, le fond de l’oeil blanc et les ongles propres. Sarge avait les épaules larges et un buste musclé par des années de terrain. Sarge avait constamment une veine qui lui barrait le front comme une nationale destination sa connerie insondable.

C’était la dernière fois qu’il ferait ce genre de mission – même sous la menace d’une arme – il le jurait: jamais plus.
La prochaine fois qu’il entendrait au bout du fil la voix suave de la coordinatrice de l’agence, il ne se contentera pas d’un “Avec plaisir…” invariablement couplé avec l’espoir de la pécho. Non. Désormais, il répondra “ Va te faire foutre, Carole” et il raccrochera; le combiné, les missions et le tabac.

Mais pour l’instant, Daniel devait reconstituer sa personnalité-écran et se composer une allure qui imposerait crainte et respect. C’était effectivement plus le moment de chialer dans chiottes.
Il prit son courage à deux mains, évita soigneusement son propre reflet et sorti.
Frank était en train de rassembler les enfants en quatre files tandis que Sarge lâchait le bras de l’institutrice pour s’emparer de son sifflet; trois coups retentirent et imposèrent à la classe un silence religieux.

Arpentant lentement les files en inspectant chaque gamin, Sarge hurla : “ – Je vous préviens, je ne raterai aucun tire-au-flanc… Et maintenant, vous allez attentivement regarder mon collègue qui va vous montrer la marche à suivre.” Frank et lui échangèrent un regard et ricanèrent, puis Sarge donna un dernier coup de sifflet.
Tous les yeux étaient désormais tournés vers Daniel qui s’avança et jeta un coup d’oeil à la volée de marches dont il entreprit l’ascension précaire.

Il tremblait, miche-miche de peur et de froid et il fut pris de vertige en atteignant l’étroite bande de fibre et de verre. Il respira comme on le lui avait appris. Tout en bas, Sarge s’impatientait, il regardait les files se resserrer, les nez couler et les corps trembler. Ses lunettes avaient formé une buée épaisse.
“ – Qu’est-ce t’attends ?” hurlait son connard de collègue.
Il ajusta une dernière fois ses lunettes embuées, son bonnet et l’élastique de son slip de bain.
“Fuck you, l’intérim” songeait Daniel quand ses pieds quittèrent le plongeoir, quand son corps accueillit le vide avec désespoir et qu’il pénétra l’infâme mélange de chlorine, de javel , d’urine.